Nos produits sont affichés en HT / TVA (10%) / TVA (20%). Le taux de TVA réduit à 10% est mentionné à titre indicatif. Il ne s'appliquera que si vous recourez aux services d’un professionnel pour la prestation de pose, et sous réserve de satisfaire aux conditions légales (art. 279-0 bis du Code Général des Impôts). Notre clientèle historique étant professionnelle, nous souhaitons que tous les clients disposent d'une base de comparaison saine et fiable.

close the banner

Conseils d'Experts

Conseils d'Experts

Quelles finitions pour votre parquet ?

Parquet huilé, parquet verni, parquet fumé, parquet vieilli... découvrez toutes les finitions de style de parquet pour personnaliser votre intérieur.
fume, villi...slide-24

Parquet vieilli, brossé, fumé… Quelles sont les différentes finitions de style ?

Il existe aujourd’hui une large gamme de procédés de plus en plus élaborés qui permettent une immense palette d’effet déco: parquets vieillis, teintés, sciés, martelés, sablés,etc. Ils modifient considérablement l’aspect d’origine du bois pour un rendu sur mesure. Ce type de parquet est, dans la plupart des cas, livré prêt à poser. Certaines finitions nécessitent parfois un léger traitement protecteur avant utilisation.

Parquet brossé : 01
Le brossage consiste à frotter avec une brosse métallique le bois dans le sens du fil pour enlever les parties tendres.  La finition «brossée» rend la surface légèrement irrégulière au toucher et met en valeur la texture du bois. Elle est donc particulièrement adaptée aux pièces et locaux à fort trafic car, du fait de ses irrégularités, le parquet est beaucoup moins sensible aux chocs et aux rayures.

Parquet teinté : 02
Teinter un parquet permet de modifier la couleur d’origine du parquet, tout en laissant apparaître les aspérités et les veines du bois. Un parquet teinté s’obtient par l’application de solutions pigmentées prêtes à l’emploi ou à mélanger. Teinte à bois, huile teintée, vernis teinté… autant de possibilité selon l’effet recherché. Si ces finitions sont souvent effectuées par le fabricant de parquet en usine, le parquet est prêt à poser. On peut aussi les appliquer soi-même sur un parquet brut.

Parquet cérusé : 03
Cette technique n’est intéressante que sur les bois poreux comme le chêne. Elle consiste à recouvrir d’une pâte onctueuse pigmentée (en générale blanche) la surface du bois afin d’en recouvrir les pores ouverts. L’effet recherché est le contraste entre les pigments de la pâte appliquée et les pigments naturels du bois. Un brossage plus ou moins prononcé accentuera le contraste.

Parquet fumé :04
Il s’agit d’une alternative au vieux bois dont les couleurs ont patiné avec le temps. Traditionnellement, les parquets étaient fumés mécaniquement par étuvage ou thermo traitement. Ces procédés sont coûteux et difficiles à mettre en œuvre. Aujourd’hui, on trouve le plus souvent des parquets fumés par oxydation.  C’est un procédé qui n’est appliqué que sur les bois tanniques comme le chêne. Le principe est tout simple : il consiste à l’application de formules oxydantes qui accélèrent le vieillissement des couleurs naturelles du bois. Chaque lame de parquet en chêne, selon qu’elle comporte des nœuds ou des aubiers, réagira de façon unique. En fonction du temps d’exposition et de la concentration des produits appliqués, de nombreuses nuances peuvent être obtenues. Les effets de patines s’accentuent et se bonifient avec le temps et laissent apparaître l’âme du bois. Hormis l’effet esthétique, le second avantage de cette finition d’effet est la durabilité de la couleur. A l’inverse des parquets teintés en surface, les parquets fumés par oxydation sont teintés sur plusieurs millimètres de profondeur, selon qu’il s’agisse d’un simple, double ou même triple fumage. A l’usage, les rayures ne laisseront pas apparaître la couleur d’origine du bois, souvent plus claire. Pour un effet encore plus poussé, on peut même appliquer une teinte en superposition du fumage.

Parquet flammé ou carbonisé :05
La surface du bois est passée au chalumeau : le bois est carbonisé en surface mais reste naturel en profondeur. Ce procédé permet un rendu unique qu’un traitement teinté ne peut fournir. A l’inverse du vieillissement par oxydation, il sortira clair et se patinera avec le temps.

Parquet thermo traité / parquet rétifié :06
Le bois est littéralement cuit au four ! C’est le même procédé qu’en cuisine : une cuisson lente et régulière à forte température qui tue le bois sans le brûler. Ses fibres et sa texture sont définitivement transformées.  Le bois ainsi mort, ne craint plus ni l’eau, ni les intempéries. C’est pourquoi il peut être installé dans des environnent humides ou même en extérieur. Sa couleur est aussi profondément modifiée et le bois devient ainsi teinté naturellement dans la  masse. Ce procédé est plutôt réservé aux bois comme le chêne.

Parquet scié : cover
Procédé mécanique qui reproduit les motifs d’une sciure sur la surface de la lame de parquet et modifie ainsi la texture et l’aspect. Les « coups de scie » sont effectués manuellement ou mécaniquement, de façon aléatoire ou régulière, avec différentes intensités plus ou moins marquées. Certains parquets sont doublement sciés : horizontalement et verticalement.

Parquet relief : 08
Il s’agit d’une toute nouvelle technique destinée à donner encore plus d’effet au parquet. Ce procédé, peu répandu, consiste à distordre les lames de parquets pour exacerber les reliefs naturels du bois : veinages, nœuds, gerces, fentes… L’effet est spectaculaire mais surtout très naturel contrairement aux finitions sculptées : un toucher et une sensation incroyable à vos pieds.

Parquet sablé : 10
Il s’agit d’un traitement consistant à projeter sur le parquet  du sable à haute pression. Ce procédé, plutôt réservé au chêne, modifie la surface pour la rendre un peu rugueuse, à l’image d’un ponçage grossier et irrégulier. Comme pour le brossage, toutes les parties tendres du bois sont supprimées.

Parquet vieilli : 11
Comment faire du vieux avec du neuf? C’est le principe du vieillissement qui donne un caractère unique au parquet. Très tendance, il permet d’obtenir un effet vieilli en utilisant un ou plusieurs procédés simultanément. Le vieillissement s’obtient par des procédés mécaniques ou manuels qui transforment l’aspect, la couleur et la texture des lames du parquet. Parmi eux, le plus courant est le martèlement des chanfreins dit « bords cassés » qui donne un effet de bords inégaux et irréguliers.
Souvent conjugué au fumage (oxydation des couleurs du bois), il existe de nombreux autres procédés à effets très sophistiqués comme les trous de vers, les fentes ouvertes ou craquelures, les gerces, les éraflures et même le sciage latéral. Certains parquets sont même vieillis dans des machines utilisant les mêmes techniques que celles utilisées pour vieillir des jeans par exemple : les lames de parquets sont introduites dans d’immenses machines dont le tambour est rempli de pierres de différentes tailles. En tournant, le parquet est martelé en tous sens de manière complètement aléatoire et en ressort usé… mais toujours neuf ! Les parquets vieillis sont aussi parfois teintés ou même cérusés pour accentuer l’effet vintage.
Le parquet ainsi vieilli peut recevoir plusieurs finitions : huile incolore, de la céruse, huile cire.